Presentation du Projet

Atlas Dark Sky Reserve

Le projet “Atlas Dark Sky” est un projet unique en son genre au niveau national et même international. Il consiste à créer une réserve internationale de ciel étoilé couvrant un large territoire comprenant le Parc National de Toubkal. Une réserve internationale de ciel étoilé, selon la définition de l’International Dark-Sky Association (IDA)1, est un territoire qui possède un ciel étoilé d’une qualité exceptionnelle et qui fait l’objet d’une protection à des fins scientifiques, éducatives, culturelles ou dans un but de préservation de la nature. On compte seulement 12 réserves de ciel étoilé certifiées par l’International Dark-Sky Association (8 en Europe, 2 en Amérique, 1 en Afrique et 1 en Océanie). Avec un rayon d’environ 50 km, la réserve de ciel étoilé du Mont-Mégantic au Canada est la plus grande. Si notre projet est accepté, la réserve internationale de ciel étoilé Atlas Dark Sky sera la première réserve en Afrique du Nord et la plus grande au monde en termes de superficie avec un rayon d’environ 80 km. Fidèle à sa responsabilité socio-économique et environnementale, l’université Caddi Ayyad vise, via ce projet, à stimuler le mouvement du développement durable dans la foulée de la COP 22 organisée à Marrakech en novembre 2016. Tous les citoyens situés dans la zone visée bénéficieront des retombées sociales et économiques attendues. Plusieurs études ont montré l’impact de la pollution lumineuse sur la santé, l’économie, la facture énergétique, en plus de la qualité du ciel nocturne 2,3,4,5,6.

Les actions qui seront mises en avant,
ciblent plusieurs aspects :

Scientifique

la conservation de la qualité du ciel à Oukaïmeden, un des meilleures site d’observation astronomique de la planète et où sont déjà implantés plusieurs télescopes de classe internationale7. Protéger et prospecter d’autres sites de la réserve pour l’installation d’un grand télescope marocain8 ou étranger

Recherche et développement

la réserve servira de laboratoire naturel à l’université Cadi Ayyad et ses laboratoires de recherche pour l’observation et l’expérimentation de nouvelles technologies ayant un impact sur la consommation énergétique liée à éclairage public. Ce champ de recherche ouvrira des perspectives en terme d’éclairage rationnel et impulsera ainsi la recherche développement et l’innovation dans ce domaine ce qui aura un impact positif pour le Maroc et son rayonnement international;

Socio-économique et environnemental

combattre la pollution lumineuse contribuera à la sauvegarde de notre environnement, en réduisant la consommation énergétique, ce qui diminuera la facture énergétique et réduira l’émission de CO2. Elle permettra aussi de préserver les nombreuses espèces animales nocturnes qui vivent dans la région;

Tourisme

l combinée avec la reserve naturelle du parc Toubkal, la première réserve du ciel étoilé en Afrique Nord sera une attraction touristique unique en son genre, qui attirera les touristes marocains et étrangers

International

Ce projet va permettre à l’Université Cadi Ayyad de s’impliquer activement dans la lutte contre la pollution lumineuse et de se positionner comme leader en Afrique sur la question de la préservation du ciel nocturne. D’autres pays Africains débutent des projets de recherche en astronomie9, et sont également confrontés à la nécessité de préserver le ciel nocturne de façon durable. Cette recherche menée à l’Université Cadi Ayyad inspirera d’autres universités sur le continent pour initier des programmes de préservation du ciel nocturne à l’heure où l’éclairage public engendre chaque année une progression de 6% de la pollution lumineuse

CONTACT

Nous contacter

Pour plus d’information, veuillez contacter Prof. Zouhair Benkhaldoun
Mail : zouhair@uca.ac.ma

Envoyez-nous un mail

1 http://www.darksky.org
2 Jakle, J. A. 2001. City lights. Illuminating the, American night. John Hopkins University Press, Baltimore, Maryland, USA.
3 Doll, C. N. H., J.-P. Muller, and J. G. Morley. 2006. Mapping regional economic activity from night-time light satellite imagery. Ecological Economics 57:75-92.
4 Rich, C., and T. Longcore, editors. 2006. Ecological consequences of artificial night lighting. Island Press, Washington, D.C., USA.
5 Navara, K. J., and R. J. Nelson. 2007. The dark side of light at night: physiological, epidemiological, and ecological consequences. Journal of Pineal Research 43:215-224.
6 Riegel, K. W. 1973. Light pollution. Science 179:1285-1291.
7 Benkhaldoun, Z.; Abahamid, A.; El Azhari, Y.; Lazrek, M., «Optical seeing monitoring at the Oukaïmeden in the Moroccan high Atlas mountains: first statistics », Astronomy and Astrophysics, Volume 441, Issue 2, pp.839-843, 2005.
8 M. Sabil, Z. Benkhaldoun, M. Lazrek, A. Benhida, Y. Hach, A. Habib, A. Bounhir, « First characterization of Jbel Aklim in Moroccan Anti-Atlas as a potential site for the E-ELT », Astronomy and Astrophysics, Volume 522, id.A69, 2010
9 Baratoux, D., et al. (2017), The state of planetary and space sciences in Africa, Eos, 98,https://doi.org/10.1029/2017EO075833. Published on 13 June 2017.